améliorer la productivité

Mettre en œuvre des intentions pour améliorer la productivité

Avoir uniquement des objectifs ne fonctionnera pas

Lorsque nous entreprenons d’atteindre des objectifs, nous sommes souvent frappés par un décalage entre ce désir d’accomplir certaines choses et la capacité pratique de les atteindre.

Un point crucial qui peut être au centre de cette difficulté est l’écart qui existe entre où nous sommes et où nous souhaitons être. Cet écart n’est pas pris en compte lorsque nous définissons nos objectifs, il est considéré superficiellement comme le chemin métaphorique que nous devons parcourir. Cependant, pour gravir n’importe quelle montagne, il faut se préparer aux défis sur le chemin.

Et si nous prévoyions de tels défis lors de la phase de définition des objectifs ? Les auteurs de cet article discutent de l’idée d’ intention de mise en œuvre , qui implique la mise en œuvre d’un ensemble de protocoles guidés par des intentions d’objectif (intentions liées aux résultats) qui traitent des difficultés spécifiques auxquelles on est confronté au cours du processus de poursuite d’objectif.

Dans cet article, je discuterai de l’idée d’intention de mise en œuvre, un processus d’auto-programmation d’un ensemble de protocoles comportementaux et contextuels visant à gérer les défis associés à la poursuite d’un objectif.

Au-delà des objectifs, vers les intentions

Pendant un moment, j’ai senti que même si je pouvais me fixer des objectifs clairs – améliorer la programmation en apprenant à dessiner… – je n’étais pas aussi efficace pour les atteindre que je pensais pouvoir l’être.

À ce stade, je suis tombé sur cet article de Peter M. Gollwitzer intitulé : Implementation Intentions : Strong Effects of Simple Plans .

L’auteur expose l’idée de programmer nos réponses à des signaux internes et externes afin d’optimiser les chances d’atteindre nos objectifs. Ces signaux peuvent être une notification d’un smartphone qui nous distrait ou se livrer à la consommation d’aliments sucrés, etc.

L’auteur souligne que, fixer des objectifs sans tenir compte des intentions d’exécuter les comportements pertinents axés sur les objectifs, est une recette pour l’échec.

En nous concentrant sur les petites choses (intentions) plutôt que sur les grandes choses (objectifs, résultats), nous devenons mieux préparés à gérer la dureté du processus de poursuite des objectifs.

Le concept d’un objectif concerne le résultat, mais la réalité de sa poursuite consiste à être préparé aux défis quotidiens pour y parvenir. Il s’agit du quoi, du où, du quand et du comment du processus plutôt que du résultat lui-même

L’efficacité pratique de la mise en œuvre des intentions

L’auteur défend l’idée que résoudre le problème de la poursuite d’un but revient à résoudre deux problèmes distincts :

  • Commencer
  • Persistant

Les choses les plus difficiles que nous rencontrerons seront d’initier les comportements nécessaires axés sur les objectifs qui mènent aux résultats, ainsi que de persister face aux adversités attendues.

Pour relever ces défis, nous devons mettre en place des automatisations comportementales qui augmenteront nos chances de succès sur les axes susmentionnés d’initiation et de persistance de l’action.

La procédure consiste à définir de manière itérative un ensemble de réponses aux situations internes et externes qui représentent des obstacles potentiels à la poursuite de notre objectif.

Ces situations peuvent être :

  • Ne pas vouloir faire de l’exercice un jour particulier alors que vous essayez d’être plus en forme (motivation interne, faible)
  • Voir un délicieux gâteau et ressentir l’envie de le manger tout en essayant de perdre du poids (repère visuel externe)
  • Être facilement distrait par les appareils lorsque vous travaillez sur votre concentration (indice externe et distrayant)

D’accord, mais se dire ce qu’il ne faut pas faire ne fonctionnera évidemment pas, n’est-ce pas ? En fait, selon l’auteur, il existe des preuves en faveur de l’idée que ce sera le cas, et que les stratégies de planification qui intègrent l’intention de mise en œuvre conduisent à une meilleure réalisation des objectifs.

Gollwitzer et Brandstatter, 1997 ont mené des études qui ont montré que les intentions d’objectifs accompagnées d’intentions de mise en œuvre étaient plus facilement atteintes que des stratégies d’établissement d’objectifs plus simples.

Par exemple, ils ont fait une étude auprès d’étudiants universitaires, où on leur a demandé avant les vacances de Noël de nommer deux projets qu’ils avaient l’intention de réaliser pendant les vacances, un difficile et un facile. Les projets variaient de la rédaction d’articles, de la pratique de sports ou du règlement de conflits familiaux.

Ce qu’ils ont découvert, c’est que les deux tiers des participants qui avaient formé des intentions sur le moment et le lieu de démarrage de ces projets les ont effectivement réalisés, tandis que seulement un quart de ceux qui n’avaient pas terminé le leur.

L’une des principales idées que je veux transmettre avec cet article est celle de l’ insuffisance d’avoir uniquement des objectifs (se concentrer sur les résultats) par rapport à l’efficacité pratique de la mise en œuvre des intentions (se concentrer sur le processus) en leur sein. Celles-ci sont subordonnées aux intentions d’objectif et à la poursuite de l’atteinte des objectifs en facilitant le processus de démarrage et de persistance.

Les composants des intentions de mise en œuvre

Jusqu’à présent, nous avons couvert les aspects superficiels de cette stratégie, nous savons qu’il s’agit d’une meilleure forme de planification pour la réalisation d’objectifs qui va au-delà d’avoir des résultats à l’esprit, et d’avoir des intentions subordonnées aux résultats souhaités qui préparent une personne aux obstacles indésirables vers achèvement de l’objectif.

Le processus global consiste à planifier vos réponses et décisions pour les contextes dans lesquels elles seront sollicitées. Par exemple, si vous savez que vous avez tendance à manger du sucre si vous en voyez, mettez-le hors de votre vue dans votre cuisine.

Une telle préparation des intentions sert d’outil d’autorégulation qui nous rend plus susceptibles de réussir dans notre poursuite d’objectifs pertinents. Mais qu’est-ce que cela implique concrètement ?

Je décrirais ce processus comme composé de 6 pièces principales :

1. Détecter systématiquement les indices situationnels pertinents

Cette étape consiste à détecter systématiquement les indices situationnels pertinents, ce qui signifie développer une prise de conscience pour détecter quand et quelles réponses comportementales indésirables sont déclenchées. Nous devons garder une trace de ce que nous faisons dans le contexte de la tentative d’exécution des comportements souhaités, comment nous comportons-nous lorsque nous voyons des aliments sucrés ? Comment nous comportons-nous lorsque quelqu’un appelle, lorsque nous entendons le son de notification d’un e-mail entrant, ou lorsque nous ressentons l’envie de consommer du sucre, etc.

2. Mettre en place des stratégies d’échappement pour les influences indésirables sur le comportement

Ici, l’accent est mis sur la mise en place de plans pour éviter ces comportements indésirables. Par exemple, cela pourrait signifier placer nos smartphones hors de notre vue, cacher la boîte à biscuits, fermer la porte du bureau et mettre des écouteurs antibruit.

Le message principal ici est d’ éviter activement les distractions qui peuvent être soit environnementales, soit psychologiques (incertitude conduisant à des décisions variables) .

En préparant nos réponses, nous mettons en place l’automaticité requise ancrée dans une récupération efficace de la mémoire qui nous prépare à faire face à des signaux de situation conflictuels, ce qui conduira finalement à un contrôle plus efficace de notre comportement au fil du temps à travers l’environnement.

3. Automatisation du lancement des actions

La façon dont vous commencez compte. L’idée de cette étape est d’ automatiser la façon dont vous démarrez l’exécution des comportements souhaités , au moins au début. Établissez une règle claire et objective sur la façon dont vous commencez les comportements et rendez-la suffisamment simple pour que la suite ne soit pas compliquée.

Par exemple, j’essaie d’apprendre à dessiner, donc après le déjeuner, je dessine toujours 10 minutes quoi qu’il arrive : avant de commencer quoi que ce soit l’après-midi, je dois faire au moins un dessin.

4. Associer des indices situationnels à des comportements pertinents pour les objectifs

L’idée ici est de vous conditionner pour effectuer la tâche A dans le contexte B. Par exemple, écrire et étudier sur votre ordinateur, mais ne pas y regarder Netflix. Cela permet d’éviter de construire un signal conflictuel associé à l’exécution du comportement souhaité, dans ce contexte d’écriture ou d’étude.

Maintenant, celui-ci est un peu plus controversé étant donné que pour former des habitudes fortes, nous devons être conscients de conditionner fortement leur exécution à certains contextes environnementaux car cela pourrait conduire à créer une dépendance entre eux dans notre comportement (consultez le podcast très instructif d’Andrew Huberman lié à la formation d’habitudes ).

L’auteur de Implementation Intentions fait référence au danger de développer de la rigidité lorsqu’on essaie de former des stratégies efficaces pour exécuter les comportements souhaités, mais il défend également l’idée d’un objectif fonctionnel pour une telle rigidité :

Il faut toutefois s’attendre à une rigidité résultant des intentions de mise en œuvre lorsque la situation spécifiée est réellement rencontrée, mais ce type de rigidité est fonctionnel, car il protège une poursuite continue d’un objectif contre les intrusions. (Gollwitzer, 1999)

L’idée ici est que lorsque nous déchargeons l’effort cognitif sur l’environnement, des capacités cognitives deviennent disponibles qui peuvent être utilisées pour reconnaître des actions alternatives et maintenir un degré de flexibilité dans la poursuite d’un objectif.

5. Planification des décisions pour réduire la probabilité d’incertitudes liées à l’effort

Nous devons préparer et planifier nos décisions à l’avance plutôt que « in situ » (au moment de l’exécution) afin de ne pas être distraits par des stimuli sans importance ou de petites décisions qui pourraient nous empêcher d’exécuter les comportements souhaités.

Ceci est similaire à la mise en place de stratégies d’évasion, mais ici l’idée est d’essayer de prédire quels types de décisions vous devez prendre au quotidien qui ont tendance à conduire à des situations incertaines qui pourraient entraîner la non-exécution des comportements que vous pourriez souhaiter adopter.

Par exemple, je veux méditer davantage après le déjeuner, mais je suis souvent confronté à des situations incertaines où je dois terminer une autre tâche, alors je pourrais établir une règle selon laquelle, après le déjeuner, je méditerai même si ce n’est que pendant 2 minutes.

6. Garder une trace de votre force d’engagement

Cette étape consiste à suivre votre performance dans la définition et la réalisation d’objectifs pour enregistrer la force de vos engagements pendant une certaine période de temps. Étant donné que réussir à atteindre un objectif est fortement corrélé à la force de l’engagement , il est conseillé de garder une trace de la façon dont vous atteignez vos objectifs au moins sur une base mensuelle.

Cela peut être fait facilement avec une simple feuille de calcul qui contient vos objectifs mensuels ainsi que des cases à cocher pour les remplir, et à la fin du mois, vous voyez les pourcentages d’achèvement et leur évolution au cours de l’année.

Un exemple pratique

Je voudrais utiliser un exemple pratique tiré de ma routine et de mon expérience pour donner une meilleure idée de ce que signifie réellement l’intention de mise en œuvre .

C’est en quoi l’objectif « Apprendre à dessiner » serait transformé avec quelques mises en œuvre d’intentions :

Image par l’auteur

Ici, nous pouvons voir des exemples de protocoles pour les décisions, des protocoles à exécuter dans certaines situations, ainsi que des défis spécifiques à garder à l’esprit. Tous ces éléments peuvent être mémorisés en utilisant quelque chose comme un système de répétition espacée pour aider à les garder à l’esprit tout au long de la période concernée.

Cet exemple n’est pas exhaustif, mais il illustre l’idée de disséquer un objectif en plusieurs intentions subordonnées qui définissent comment nous devons nous comporter pour l’atteindre . Ceux-ci peuvent être mis à jour au fur et à mesure que nous observons la dynamique de la poursuite de l’objectif.

Notes finales sur les objectifs et les intentions

Les avantages de la mise en œuvre des intentions sont nombreux, allant d’une amélioration globale de la réalisation des objectifs généraux à des points plus spécifiques tels que l’amélioration des réponses émotionnelles, la capacité à s’autoréguler et à inhiber les mauvaises réponses comportementales, à être plus motivé, à améliorer son humeur, etc.

Les principaux avantages que j’ai observés lors de la mise en œuvre de ces stratégies tournent autour de l’idée d’automaticité réduisant la charge cognitive. Lorsque nous n’avons pas à y penser, nous sommes plus susceptibles de l’exécuter.

Les objectifs comptent, mais plus encore que les objectifs, les intentions qui permettent de les réaliser comptent également. Les choses que vous voulez doivent être alignées sur des intentions délibérées de les réaliser.

Changer et s’améliorer est difficile, avoir des outils intentionnels intelligents comme ceux-ci peut être utile pour gérer le quotidien de l’amélioration de soi et aider à améliorer votre capacité à atteindre vos objectifs.

Si vous aimez lire sur la productivité, je vous recommande ces deux livres :

Ce sont des liens affiliés, si vous les utilisez je reçois un petit pourcentage ! 🙂

Si vous avez aimé cet article, rejoignez Medium , suivez et abonnez-vous à ma newsletter . Aussi, abonnez-vous à ma chaîne youtube et connectez-vous avec moi sur Tiktok , Twitter , LinkedIn et Instagram ! Merci et à la prochaine ! 🙂

Retour en haut